MORRISON, [Van George Ivan Morrison]
Chanteur, guitariste, saxophoniste et harmoniciste de rhythm’n’ blues, blues, jazz et folk irlandais, 1964 : né le le 31-08/1945 à Belfast, Irlande du Nord.
Sans doute un des meilleurs chanteurs de blues, soul et Jazz en activité, cet Irlandais de  Belfast s’est d’abord fait connaître dans les années 60 au sein de Them, un des groupes les plus infIuents de son temps, avec qui il grava notamment l’illustre « Gloria ». Il s’est ensuite lancé dans une prolifique carrière solo nourrie de musique celtique, d’influences noires américaines et émaillée d’impressionnants chefs  d’oeuvre dont il suffit de dire qu’ils ont rendu son nom presque synonyme d’intensité et de passion. Avec Bob Dylan, il demeure l’un des artistes solitaires les plus inspirés et les plus influents du rock.

« Si vous lisez Beckett, dira Morrison au  début des années 90, vous verrez qu’il raconte la même chose dans chaque livre qu’il écrit. Toute cette lutte, encore et toujours, et soudain,au milieu de tout ça, quelque part, il se souvient de l’Irlande, du passé… II se souvient d’y avoir vu le soleil se lever sur les champs, ou quelque chose d’aussi beau que ça. Et puis il revient à  la lutte ». Une des premières chansons de Van Morrison, « Beside You », était déjà une prière  pour que cesse « toute cette lutte », ce « monotone vacarme » dont parle encore son illustre compatriote. Pour, chantait-il « ne jamais se demander pourquoi ». Mais la lutte a continué, et au gré d’une discographie pléthorique sa  quête s’est teintée d’un mysticisme croissant,  brassant le new age, le christianisme, la scientologie, et à peu près toute forme de religion jusqu’à devenir parfois embarrassante et insupportabIement prêcheuse.  Enervant, génial,raseur, passionnant, auteur d’albums indispensables, Van Morrison est un homme qui inspire des sentiments mêlés. Mais, trois décennies après ses débuts, on s’aperçoit qu’ il est toujours là, l’exigence intacte, avec sa voix tellement habitée qu’elle infuserait de l’âme à n’importe quoi, et toujours capable, au milieu d’un flot  d’albums inégaux et sans surprises, de trouées comme No Guru, No method, No Teacher, Enlightenment ou « quelque chose d’aussi beau que ça ».

Né fils unique dans la maison familiale de Hynford Street à Belfast, George Ivan Morrison grandit entre une mère pleine de ferveur religieuse (qui deviendra un temps Témoin de Jéhovah) et un père calme et timide, dont la seule extravagance est une collection de disques américains assez inédite pour le lieu et l’époque. Van – comme tout le monde l’appelle – aura ainsi l’occasion de découvrir très tôt Muddy Waters, HowIin’Wolf, Hank Williams, Jelly Roll Morton, Charlie Parker, Woody Guthrie, et son préféré de tous: Leadbelly. Plus tard, il se souviendra de l’émotion ressentie à l’écoute d’un gospel de Mahalia Jackson sur l’électrophone paternel alors qu’il n’avait que trois ans: le genre d’expérience intense qui contribuera à lier toujours dans dans son esprit la musique et le sentiment religieux.
En 1956, son père lui achète sa première guitare et l’année suivante il forme avec des copains de son quartier un groupe influencé par le skiffle de Lonnie Donegan, les Sputnicks. L’écoute du jazzman Jimmy Giuffre le décide ensuite à apprendre le saxophone, instrument avec lequel il intègre en 1960 les Monarchs, une formation qui joue essentiellement des reprises de succès pop. Ceux qui le côtoient à cette époque le décrivent comme timide, distant, et particu1ièrement silencieux. Au sein des Monarchs, il se taille vite une réputation d’exubérance insensée par son comportement sur scène, où il n’hésite pas à se rouler par terre, danser sur les tables ou jeter sa chemise dans le public. « C’était incroyab1e, parce qu’il était un mec tellement calme », se rappe11era un ami. « Pourtant, dès qu’ il entendait de la musique il devenait quelqu’un d’autre ». Une dualité qu’on retrouvera tout au long de sa carrière: d’un côté la personne pub1ique – froide, hermétiquement close -, de l’autre l’artiste – intense, passionné.
Les Monarchs deviennent professionne1s en 1962, tournent à Londres et en Allemagne – où Van aura un avant-goût de ses rêves d’Amérique en jouant devant un parterre de GI’s – et se séparent dès leur retour à Londres en 1963. Il fera brièvement partie d’un groupe appelé le Manhattan Showband, avant de retourner à Belfast avec une furieuse envie de monter un groupe de rhythm’n’blues sur le modèle de The Dowliners Sect, premier groupe du genre qu’il ait vu sur scène, juste avant Ies Pretty Things. Il commence alors à composer (« Could You would you »), puis crée Them en répondant à une annonce passée par un club qui cherche des musiciens de rhythm’n’blues. En l964, les premiers membres en seront Alan Henderson (bassiste, né le 26-11-1944 à Belfast), Eric Wrixon (claviériste), vite remplacé par John McAuley, Ronnie Millings (batteur) et Billy Harrison (guitariste, né le 14-10-1942 à Belfast). Morrison devient quant à lui chanteur à part entière pour la première fois. Leur premier concert a lieu le 17 avril 1964 au Maritime Hotel, club dont ils deviendront vite l’attraction principale et où ils se tailIeront une solide réputation de groupe de scène. Recrutés chez Decca la même année, ils sortent 1eur premier 45 tours, « Don’t Start Crying Now », sans succès. Puis c’est « Baby Please Don’t Go », dont 1a face B n’est autre que 1e furieux « Gloria », un des standards les plus fameux du rock (et un des plus repris), qui avec le « Satisfaction » des Rolling Stones suffit presque à résumer Ia première moitié des années 60 britanniques dans son versant rock’n’roll. En 1965, ils sont présentés au compositeur-producteur  Bert  Berns (auteur entre autres de « Twist And Shout », chargé d’adoucir leur son et de le rendre plus commercial. Une rencontre qui aboutira à leur plus grand succès, »Here Comes The Night » écrit par Berns), repris plus tard par David Bowie dans Pin-Ups.

Après deux albums de rhythm’n’blues (Them en 1965, Them Again en 1966), dont on ne parlerait probablement plus aujourd’hui s’ils n’avaient servi à révéler la puissance du chant de Morrison et, occasionnellement, ses talents bourgeonnants de compositeur (outre « Gloria », les magnifiques « My Lonely Sad Eyes », « Friday’s Child », « Mystic Eyes », le groupe se sépare en 1966, miné par les incessants changements de formation et les dissensions internes. Tandis que les autres membres partent aux Etats-Unis se transformer en garage band punk-psychédélique, Morrison envoie des maquettes à Bert Berns. En 1967, il se retrouve à New York où il enregistre pour le label de Berns (Bang) une série de chansons regroupées aujourd’hui dans The Bang Masters (ou Payin’ Dues): un document fascinant qui le saisit en pleine transformation, tâtonnant, cherchant à se 1ibérer des structures traditionnelles sans toujours savoir quoi faire de sa liberté. Dans 1es morceaux longs, par exemple: « T.B. Sheets », les premiéres moutures de « Madame George » et « Beside You », on l’entend expérimenter cette accumulation d’images et ce langage poétique dilaté et ressassant qui seront sa marque, mais sur un fond musical dont la rigidité rend ses efforts inopérants. Dans ce chantier passionnant mais encore inachevé, c’est finalement les chansons courtes qui retiendront l’attention, comme « I Love You », une maquette où avec une simple guitare sèche il montre déjà de quelle extraordinaire présence il est capable, le charmant « Spanish Rose » et surtout l’irrésistible « Brown-Eyed Girl », qui demeure le plus grand succès de sa carrière solo.

Après la mort soudaine de Berns en 1967, il part vivre à Cambridge (Massachusetts), avec sa future femme Janet Planet. Il joue là-bas avec des musiciens locaux comme le contrebassiste Tom Kielbania et le flutiste John Payne, et rode avec eux 1e style acoustique qu’on trouvera dans Astral Weeks, premier véritable a1bum so1o sorti en 1968. Un pas de géant non seulement par rapport à ses productions antérieures, mais aussi par rapport à tout ce qui s’était fait avant (et même après) lui. Astral Weeks est le genre de disque qui aidera, ce qu’on désigne alors comme la musique pop, à se libérer de ses canons en donnant à penser que tout est possible, et offrira une brèche par laqueIle s’engouffreront les Tim Buckley, Nick Drake,  Richard Thompson  même s’il est trop unique et personnel pour avoir véritab1ement fait éco1e. Un disque de rupture avec l’adolescence, l’Irlande, le rock – suintant une impossible nostalgie – comme déraciné. Face à quelques illustres Jazzmen comme Connie Kay (batteur du Modert Jazz Quartet), Richard Davis, Jay Berliner, Morrison se laisse aller et se perd dans de longues chansons possédées, cathartiques, à moitié improvisées, qui tiennent autant de la trance que de la musique, et où sa voix finit souvent par servir d’instrument à part entière. La densité poétique exceptionnelle de chansons telles que « Beside You » ou « Madame George »- une poignante chanson d’adieu à l’adolescence – contribuera à en faire ce chef-d’oeuvre inépuisable qu’il est devenu, réguliérement cité par les critiques comme « un des cinq plus  grands  disques  de rock jamais enregistrés ». Un des plus beaux hommages lui sera rendu par le critique Lester Bangs, qui y verra non seulement « le disque de rock qui a eu le plus d’importance dans sa vie « , mais aussi « 1a preuve qu’il restait quelque chose à exprimer musicaIement à coté du nihilisme et de la destruction.

En 1969, Van Morrison part s’installer à Woodstock dans le voisinage de Bob Dylan et de The Band. Il compose là quelques chansons dans la veine d’Astral weeks, puis, probablement sous l’influence de The Band, finit par reprendre racine avec Moondance (1970), un album moins aventureux mais beaucoup plus varié, qui fixe son style et cristallise toutes ses influences noires, blues, jazz, soul, gospel, avec un panache et une richesse de palette musicale qui en font un de ses tout meilleurs disques. Du swing aérien de « Moondance » au superbe « Brand New Day », de la sensualité de « Crazy Love » au clavecin joyeux d’ « Everyone », chaque chanson aurait pu être un tube potentiel. Au 1ieu de quoi c’est « Domino » qui décrochera la timbale en s’installant au n° 9, et qu’on retrouvera dans l’exubérant His Band And Street Choir (1970), un album de pur rhythm’n’blues destiné ȧ l’origine à être chanté entièrement à cappella. Musicalement, ce disque est beaucoup plus banal, mais transfiguré par un Morrison désormais en confiance et éprouvant un plaisir manifeste et communicatif ȧ chanter.
En partie pour échapper au tourisme hippie qui affecte Woodstock depuis le festival, la famille Morrison, désormais augmentée d’une fille, Shana, déménage dans le comté de Marin au nord de San Francisco. Tupelo Honey (1971) se fera l’écho de ce désir de « commencer une nouvelle vie », « Starting A New Life », un des meilleurs titres du disque), mais n’arrivera pas néanmoins à renouveler l’excellence des précédents. C’est un album solide mais, à part la chanson-titre » Wild mights » et quelque autres, il tourne un peu en rond et menace de substituer la routine à l’inspiration. Menace oubliée dès St. Dominic’s Preview (1972), qui démarre par la pétulante soul cuivrée de « Jackie Wilson Said » -reprise plus tard par Dexys Midnight Runners – et finit par renouer avec les transes d’Astral Weeks à travers ses deux impressionnants morceaux de bravoure, « Listen To The Lion » et « Almost Independance Days », deux autres odyssées obsessionnelles aux confins du langage articulé.
Après le curieux et très Jazzy Hard Nose The Highway (1973) et It’s Too Late To Stop Now (1974), double albun live généralement considéré comme un des meilleurs du genre, Morrison divorce, retourne brièvement en Irlande pour la première fois depuis son installation aux états-Unis et écrit là-bas quelques chansons parmi ses plus personnelles. Enregistré dès son retour en Californie, Veedon Fleece (1974) est un disque charnière en ce qu’il puise pour la première fois dans ses racines celtiques qui deviendront une composante majeure de sa mythologie personnel1e et de son style à venir. Un peu méconnu dans son abondante discographie, c’est pourtant un chef-d’oeuvre absolu – avec le sublime « Linden Arden Stole The Highlight » et, d’une manière générale, son atmosphère pastorale et rêveuse- ȧ mettre au même niveau qu’Astral Weeks.
Après cet album qui indiquait pourtant de nouvelles pistes, Morrison décide brutalement d’arrêter. Pendant trois ans, il se retire de la scène musicale et laisse enfler les rumeurs de retrait définitif.

Après deux albums de rhythm’n’blues (Them en 1965, Them Again en 1966), dont on ne parlerait probablement plus aujourd’hui s’ils n’avaient servi à révéler la puissance du chant de Morrison et, occasionnellement, ses talents bourgeonnants de compositeur (outre « Gloria », les magnifiques « My Lonely Sad Eyes », « Friday’s Child », « Mystic Eyes », le groupe se sépare en 1966, miné par les incessants changements de formation et les dissensions internes. Tandis que les autres membres partent aux Etats-Unis se transformer en garage band punk-psychédélique, Morrison envoie des maquettes à Bert Berns. En 1967, il se retrouve à New York où il enregistre pour le label de Berns (Bang) une série de chansons regroupées aujourd’hui dans The Bang Masters (ou Payin’ Dues): un document fascinant qui le saisit en pleine transformation, tâtonnant, cherchant à se 1ibérer des structures traditionnelles sans toujours savoir quoi faire de sa liberté. Dans 1es morceaux longs, par exemple: « T.B. Sheets », les premiéres moutures de « Madame George » et « Beside You », on l’entend expérimenter cette accumulation d’images et ce langage poétique dilaté et ressassant qui seront sa marque, mais sur un fond musical dont la rigidité rend ses efforts inopérants. Dans ce chantier passionnant mais encore inachevé, c’est finalement les chansons courtes qui retiendront l’attention, comme « I Love You », une maquette où avec une simple guitare sèche il montre déjà de quelle extraordinaire présence il est capable, le charmant « Spanish Rose » et surtout l’irrésistible « Brown-Eyed Girl », qui demeure le plus grand succès de sa carrière solo.

Après la mort soudaine de Berns en 1967, il part vivre à Cambridge (Massachusetts), avec sa future femme Janet Planet. Il joue là-bas avec des musiciens locaux comme le contrebassiste Tom Kielbania et le flutiste John Payne, et rode avec eux 1e style acoustique qu’on trouvera dans Astral Weeks, premier véritable a1bum so1o sorti en 1968. Un pas de géant non seulement par rapport à ses productions antérieures, mais aussi par rapport à tout ce qui s’était fait avant (et même après) lui. Astral Weeks est le genre de disque qui aidera, ce qu’on désigne alors comme la musique pop, à se libérer de ses canons en donnant à penser que tout est possible, et offrira une brèche par laqueIle s’engouffreront les Tim Buckley, Nick Drake,  Richard Thompson  même s’il est trop unique et personnel pour avoir véritab1ement fait éco1e. Un disque de rupture avec l’adolescence, l’Irlande, le rock – suintant une impossible nostalgie – comme déraciné. Face à quelques illustres Jazzmen comme Connie Kay (batteur du Modert Jazz Quartet), Richard Davis, Jay Berliner, Morrison se laisse aller et se perd dans de longues chansons possédées, cathartiques, à moitié improvisées, qui tiennent autant de la trance que de la musique, et où sa voix finit souvent par servir d’instrument à part entière. La densité poétique exceptionnelle de chansons telles que « Beside You » ou « Madame George »- une poignante chanson d’adieu à l’adolescence – contribuera à en faire ce chef-d’oeuvre inépuisable qu’il est devenu, réguliérement cité par les critiques comme « un des cinq plus  grands  disques  de rock jamais enregistrés ». Un des plus beaux hommages lui sera rendu par le critique Lester Bangs, qui y verra non seulement « le disque de rock qui a eu le plus d’importance dans sa vie « , mais aussi « 1a preuve qu’il restait quelque chose à exprimer musicaIement à coté du nihilisme et de la destruction.

En 1969, Van Morrison part s’installer à Woodstock dans le voisinage de Bob Dylan et de The Band. Il compose là quelques chansons dans la veine d’Astral weeks, puis, probablement sous l’influence de The Band, finit par reprendre racine avec Moondance (1970), un album moins aventureux mais beaucoup plus varié, qui fixe son style et cristallise toutes ses influences noires, blues, jazz, soul, gospel, avec un panache et une richesse de palette musicale qui en font un de ses tout meilleurs disques. Du swing aérien de « Moondance » au superbe « Brand New Day », de la sensualité de « Crazy Love » au clavecin joyeux d’ « Everyone », chaque chanson aurait pu être un tube potentiel. Au 1ieu de quoi c’est « Domino » qui décrochera la timbale en s’installant au n° 9, et qu’on retrouvera dans l’exubérant His Band And Street Choir (1970), un album de pur rhythm’n’blues destiné ȧ l’origine à être chanté entièrement à cappella. Musicalement, ce disque est beaucoup plus banal, mais transfiguré par un Morrison désormais en confiance et éprouvant un plaisir manifeste et communicatif ȧ chanter.
En partie pour échapper au tourisme hippie qui affecte Woodstock depuis le festival, la famille Morrison, désormais augmentée d’une fille, Shana, déménage dans le comté de Marin au nord de San Francisco. Tupelo Honey (1971) se fera l’écho de ce désir de « commencer une nouvelle vie », « Starting A New Life », un des meilleurs titres du disque), mais n’arrivera pas néanmoins à renouveler l’excellence des précédents. C’est un album solide mais, à part la chanson-titre » Wild mights » et quelque autres, il tourne un peu en rond et menace de substituer la routine à l’inspiration. Menace oubliée dès St. Dominic’s Preview (1972), qui démarre par la pétulante soul cuivrée de « Jackie Wilson Said » -reprise plus tard par Dexys Midnight Runners – et finit par renouer avec les transes d’Astral Weeks à travers ses deux impressionnants morceaux de bravoure, « Listen To The Lion » et « Almost Independance Days », deux autres odyssées obsessionnelles aux confins du langage articulé.

Van Morrison et les Them

Après le curieux et très Jazzy Hard Nose The Highway (1973) et It’s Too Late To Stop Now (1974), double albun live généralement considéré comme un des meilleurs du genre, Morrison divorce, retourne brièvement en Irlande pour la première fois depuis son installation aux états-Unis et écrit là-bas quelques chansons parmi ses plus personnelles. Enregistré dès son retour en Californie, Veedon Fleece (1974) est un disque charnière en ce qu’il puise pour la première fois dans ses racines celtiques qui deviendront une composante majeure de sa mythologie personnel1e et de son style à venir. Un peu méconnu dans son abondante discographie, c’est pourtant un chef-d’oeuvre absolu – avec le sublime « Linden Arden Stole The Highlight » et, d’une manière générale, son atmosphère pastorale et rêveuse- ȧ mettre au même niveau qu’Astral Weeks.
Après cet album qui indiquait pourtant de nouvelles pistes, Morrison décide brutalement d’arrêter. Pendant trois ans, il se retire de la scène musicale et laisse enfler les rumeurs de retrait définitif.

récente au bas mot inégale, l’homme est encore capable de se fendre de chansons de la trempe d' »In The Garden » ou « Oh The Warm Feeling », vibrantes et nėcessaires comme aux premiers jours. Dans « A Town Called Paradise » il s’en prend aux copieurs qui ont pompé ses chansons, de même que plus tard « Big time Operator » dans Too Long In exile témoignera de sa colėre intacte envers Bernt Berns, vingt-cinq après les faits (Berns avait alors publié et recyclé diversement les chansons de Morrison sans son accord). Décidėment,1’apaisement souhaité dės « Beside You » n’est pas encore en vue. En 1987, il donne une confėrence au Wrehin Trust, un organisme à vocation spirituelle, intitulėe « Explorer le pouvoir de la musique pour changer la conscience. Dans 1a notice autobiographique qu’il a rėdigée 1ui-même pour l’occasion, il parle de son travail « de plus en plus destiné ȧ devenir une voie vers 1a contemp1ation et un  moyen de guérir l’âme » et de sa lutte pour réconcilier la vision mythique […] des Celtes et [sa] propre quête de satisfaction spirituelle avec l’hédonisme apparent du blues et de la soul. La même année Poetic Champions Compose se fera largement l’écho de ce proramme, tandis qu’il exp1orera plus nettement que jamais ses racines celtiques dans le très bel album enregistrė avec le groupe traditionnel irlandais The Chieftains, Irish Heartbeat (1988). Les collaborations suivantes seront plus inattendues: C1iff Richard et Georgie Frame pour Avalon Sunset (1989), le crooner gallois Tom Jones, dont il produira et composera en partie l’album Carrying A Torch. Chanson qui figurera en 1991 dans Hymns To The Silence, un double album dont le titre (paradoxa1ement) éloquent reflète peut-être sa lecture récente de Beckett, qui n’a jamais rien dit d’autre que son désir éperdu d’arriver à se taire enfin, fût-ce comme Morrison au prix d’un interminable et épuisant soliloque. Comme le précédent, Enlightenment (1990), Hymns to The Silence aurait gagné  être réduit de moitiė, mais tous deux contiennent de magnifiques chansons : « Enlightenment », « Real Real Gone », « Pagan Streams », « Carrying A Torch », « So Quiet In Here ». Too long In Exile, en 1993, sera notable pour une reprise de « Gloria » avec John Lee Hooker mais pas grand chose d’autre.

Van Morrison continue aujourd’hui à creuser le même sillon avec p1us ou moins d’inspiration. Pour qui le connaît bien, des albums comme Days like This (I995) ou The Healing Game (1991) – dont le titre n’est pas plus dépaysant que son contenu – n’ajoutent ni ne retranchent rien. Deux ou trois bonnes chansons par disque, une voix toujours aussi intense: difficile de demander beaucoup plus aprés une discographie aussi fournie et prés de trente ans de cette activité qu’il insiste désormais à appeler son job. Le reste n’est qu’une question de fidélité ou non. Mais pour les autres, ceux qui ne le connaissent pas encore ? La muflerie de Van Morrison vis-ȧ-vis de la presse a induit en retour une attitude antipathique et presque condescendante ȧ son égard. Chaque nouvelle livraison est accueillie à priori avec défiance et lassitude par la critique. Mais il y a d’autres sons de cloches. Celui de David Thomas par exemple, 1’exigeant chanteur de Pere Ubu, qui réagissait ainsi ȧ l’écoute de The healing Gamme: « je sais que certains de ses albums sont mei1leurs que d’autres, mais moi je n’entends que sa voix. Une voix dont 1e son en lui-même est déjȧ une chanson, avec du volume et de 1’âme. C’est pour ça que toutes les chansons de Van Morrison sont magnifiques, quelle que soit la période ». En 1994, il a fait l’objet d’un album-hommage, No Prima Donna, avec en particulier une reprise a cappella de « Full Force Gale » par Elvis Costello et une belle version de « Madame George » par Marianne Faithfull. Puis, l’année suivante, Days like This s’est installé au n°5 du classement britannique, pas loin derrière le History de Michael Jackson, permettant ainsi à une nouvelle génération de découvrir son oeuvre en l’abordant par la fin. Et il n’est pas sûr que ceux-là n’auront pas le genre de révélation que d’autres ont pu avoir en leur temps avec Moondance, St. Dominic Preview ou Veedon Fleece. Il a fait paraître en 1998 The Philosopher Stone, un double CD survolant les années 1971-1988, avec quelques titres inédits. Son dernier album en date est Back On Town (1999), marquant 1e début d’un nouveau contrat avec Point Blank.
François Keen
Astral weeks (Warner-WEA, 1968).
Veedon Fleece (Warner-WEA, l974).
Irish Heartbeart (Po1yGram, 1988) avec les Chieftains.
compilation: The Best of Van Morrison (PolyGram).