Le genre de disque OVNI comme on en voit passer un ou deux par décennie. Sunhouse est le groupe du songwriter Gavin Clark. Originaire des midlands, Clark est un loser, un vrai. Jusqu’à qu’un pote cinéaste vienne le débaucher pour composer la musique d’un film amateur, il vivait avec femme et enfant dans une caravane, répétant péniblement avec quelques potes entre allocations chômage et prise régulière d’acides en tous genres. Seulement, depuis ses glauques terres du milieu, Clark rêve d’Amérique. Et plus précisément, de folk américain, de Dylan, de Neil Young et de Van Morrison early seventies. A la tête d’un trio qui comprend aussi un guitariste citant comme références Blind Willie Johnson ou Bukka White, il va donc laisser libre cours à ses fantasmes. Ce « Crazy on the week end » paru en 1998 est un coup de maître. Essentiellement acoustique, d’une sobriété remarquable (aussi bien dans les mélodies que dans la production), ce disque est un mélange de folk-rock (la musique) et de soul (la voix) que traversent parfois quelques éclairs électriques (« Animal »). Orgue Hammond, Harmonica, Slide guitar sont distillés avec une parcimonie et une économie qui sont la marque des plus grands et qui évoqueront donc le meilleur des références citées ci-dessus. Malheureusement, ce coup de maître sera aussi le chant du cygne du groupe. Clark supportera mal le début de reconnaissance critique qui suivra la parution du disque. Beaucoup d’alcool et d’excès en tous genres auront raison de son mariage dans un premier temps, puis du groupe dans un second. Aujourd’hui, il se serait racheté une conduite et travaillerait sur une prolongation de l’aventure Sunhouse. On croise les doigts…

Juin 2005