Ryan Adams
Cold Roses

Ce nouvel album ne permettra surement pas à Ryan Adams de retrouver l’aura exceptionnelle dont il jouissait dans le cercle des songwriters qui comptent à la fin de l’aventure Whiskeytown et à la sortie de son premier album. Néanmoins, on aurait tort de faire la fine bouche devant le plat pourtant indigeste qu’il nous sert ici. Un double album là où un album simple aurait largement suffi. Bien sur, le petit prince de l’Americana ne renoue que trop rarement avec la magie d' »Heartbreaker » ou même celle de son excellent deuxième album. Mais nombre de chansons bénéficient enfin à nouveau d’une bonne tenue dans l’écriture sans jamais retrouver l’évidence perdue dans les brouets racoleurs de « Rock’n’roll » ou de « Love and hell ». On a, à nouveau, plusieurs fois l’impression d’entendre l’héritier direct de Gram Parsons. Surtout, Adams impressionne par la qualité de ses vocaux, souvent remarquables. Surement les meilleurs qu’il ait jamais enregistrés. Encore un petit effort de concision et Ryan Adams devrait finir par renouer avec l’excellence.

Juillet 2005