Le dernier disque de Paul Weller est un album de reprises. Le tracklisting de l’album est plus qu’alléchant. Jugez en plutôt :, « Thinking of You » de Sister Sledge, « Hercules » de Aaron Neville, « The Bottle » de Gil Scott, « All Along the Watchtower » de Bob Dylan, « Close to You » des Carpenters, « Early Morning Rain » de Gordon Lightfoot, « Wishing on a star » de Rose Royce ou bien encore « Birds » de Neil Young.
Pourtant, on ne peut s’empêcher d’être légèrement déçu à l’écoute de ce « Studio 150 ». Pas que cet album soit mauvais. Non, loin de là. Mais on attendra toujours mieux de l’ancien leader des Jam qui passa en son temps pour l’un des plus dignes héritiers de Ray Davies . Ceci dit, Weller appose son style sur ces morceaux et l’ensemble est un exercice plutôt agréable de soul folk faisant la part belle aux cuivres et aux chœurs féminins avec une tonalité générale très early seventies, pas si loin de certains albums précédents du Modfather (« WildWood » ou Stanley Road »). C’est frais, sympathique, même si ça manque souvent d’un peu d’intensité. La version du « Don’t Make Promises » de Tim Hardin est ainsi dépourvu de la tension dramatique du morceau original. Plusieurs des ces covers n’apportent d’ailleurs pas grand chose aux originaux, « All along the watchtower » par exemple. Bref, un album sympathique mais tout à fait dispensable.

Janvier 2005