Joe Cocker
Mad dogs & Englishmen

Séquence Oldies but goodies… L’un des meilleurs live de tous les temps est l’oeuvre de Joe Cocker. Et oui, le même qui nous sert de la soupe assez indigeste depuis plus de vingt ans. Faut dire que « Mad dogs & englishmen » date de 1970 (35 ans !)  et reste l’indéboulonnable sommet de la carrière assez erratique du bon vieux Joe (j’accuse aussi une faiblesse coupable pour son « Sheffield steel » de 1982 qui doit être son dernier bon disque). Pour faire vite, nous dirons que ce disque ne comporte que des reprises (Stones, Dylan, Beatles, Cohen, Box tops, etc…), fut enregistré au Fillmore East avec l’aide d’une bonne trentaine de musiciens ( le who’s who des session men américains) sous la houlette du rusé Leon Russell qui mène l’affaire et récupérera une bonne partie des royalties. Reste que Russell, en meneur de revue, réussit l’improbable pari de faire sonner tout ce monde avec un feeling qui sert d’écrin royal à la « voix » de Joe Cocker.  Du reste,  Cocker n’a jamais rien composé mais il s’approprie ces classiques au plus près de l’os comme plus jamais il ne le fera. La réédition de 99 restitue au mieux la luxuriance habitée de l’ensemble. C’est un régal d’entendre les cuivres qui pétaradent, les deux (trois ?) batteries, les choeurs qui poussent au cul , les interventions bluesy du piano et les exhortations de Russel qui dirige le tout de main de maître. Le temps n’a pas fait son oeuvre. « Mad dogs & Englishmen » reste un classique absolu et la reprise du chef d’oeuvre d’ Alex Chilton, « The Letter », n’est pas loin d’égaler l’original !  Ca situe la performance de Joe Coker et de ses chiens fous.

Avril 2005