Jefferson Airplane
Bless Its Pointed Little Head


Pour bien débuter l’année, je voudrais signaler à ceux qui ne l’ont pas encore cette réédition d’un des classiques de l’Airplane « Bless Its Pointed Little Head ».  Agrémenté de trois titres bonus qui n’apportent pas grand chose, ce live reste l’un de mes préférés, tous genres confondus. Symbole de la période « flower power » de la fin des sixties, Jefferson Airplane était avant tout un grand groupe de rock qui accueillait en son sein des personnalités aussi variées que brillantes. La combinaison vocale du duo Grace Slick, l’égérie hippie au timing précis et alerte, et Marty Balin à la fragilité poignante et émouvante, la virtuosité mélodique (si, si !) de Jack Casady (l’un des seuls bassistes qui donne envie de jouer de la basse) combinée à la frappe sèche de Spencer Dryden mais surtout l’extraordinaire sensibilité du guitariste Jorma Kaukonen expliquent l’alchimie unique de ce groupe. Ecoutez donc le bluesy « Rock me baby » pour voir de quoi il en retourne. Bien sur, certaines jams tirent un peu sur la longueur et ont mal supporté l’épreuve du temps. Mais pour les classiques (« Somebody to love », « It’s no secret », « The other side of this life ») et surtout le jeu des musiciens, ce live de l’Airplane reste un classique indémodable.