Après de très irlandaises Skiffle Sessions, en compagnie de Lonnie Donegan et un disque de duos rock’n’roll avec Linda Gail Lewis, la soeur de Jerry Lee, Van Morrison revient au blues et au rythm & blues qu’il pratique depuis une bonne quinzaine d’années, celui que l’on pouvait déjà savourer sur les disques Back on top ou the healing game. Oh, bien sur, Morrison n’a jamais vraiment joué rien d’autre, mais il s’est trouvé, depuis quelques albums, un style dans son style : une musique qui fait chaud au coeur toujours habillée avec classe. Cette fois encore, c’est onica, cuivres, cordes et orgues à tous les étages. Down the road ne révolutionnera rien, ne provoquera aucune hype : non, à l’instar d’un Bob Dylan justement partenaire de tournée récemment, chaque nouveau dique de Van Morrison doit se voir comme une nouvelle pierre à un édifice (un menhir compte tenu de la popularité du monsieur), une oeuvre essentielle de la musique populaire du vingtième siècle.

Angèle MARTIN

Mars Avril 2002